Valorisation, traitement et élimination des déchets non dangereux non inertes


Zoom préalable sur la production de Déchets Ménagers et Assimilés (DMA)

En Nouvelle-Aquitaine, 63% des déchets ménagers et assimilés (gravats et déchets dangereux inclus) sont orientés vers du recyclage matière ou de la valorisation énergétique en 2018, répartis comme suit :

  • - 49% des DMA sont orientés vers la valorisation matière (recyclage matière et recyclage organique) ;
  • - 14% des DMA sont orientés vers la valorisation énergétique.

Flux de déchet ménagers et assimilé (DMA) en Nouvelle-Aquitaine – Année 2018

Mise à jour en date du 23/04/2020

Cartographie des installations de tri/transfert/valorisation/élimination des déchets non dangereux non inertes en région Nouvelle-Aquitaine

Ne figurent pas sur cette carte les sites de compostage à la ferme de l'association Eco-Compost 87, ainsi que les sites de broyage en lien avec les partenariats des Fédérations des CUMA (Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole) départements des Landes et des Pyrénées-Atlantiques.

Mise à jour en date du 03/05/2019

Répartition des installations de traitement des déchets non dangereux non inertes par département

Mise à jour en date du 03/05/2019

Évolution du taux de déchets ménagers et assimilés (DMA) non dangereux non inertes orientés vers de valorisation matière (recyclage matière et organique) et énergétique - échelles départementale et régionale

Mise à jour en date du 21/04/2020

Évolution du taux des déchets non dangereux non inertes orientés vers de la valorisation matière (recyclage matière et organique) hors déchets agricoles et sylvicoles - échelles départementale et régionale

Hypothèses retenues :

Sur la base des estimations de production de DAE réalisées par l'AREC et en appliquant un taux de DAE orientés vers de la valorisation matière de 70% observé dans le GEREP Producteurs 2015, une évolution du taux des déchets non dangereux non inertes orientés vers de valorisation matière (DMA + DAE) a été simulée dans le graphique ci-dessous. 

Mise à jour en date du 21/04/2020

L’estimation du gisement des déchets des activités économiques non dangereux non inertes a été réalisée à partir des données du dénombrement INSEE des établissements par tranches d’effectif selon chaque code NAF, auxquels ont été appliqués deux types de ratios :

  > Méthode 1 : application majoritaire des ratios issus de la version 6 de la méthodologie développée par la CCI de Toulouse, la CMA de Haute-Garonne et l’ORDECO (ex ORDIMIP) ;
  > Méthode 2 : application majoritaire des ratios nationaux calculés par l’AREC sur la base des enquêtes 2012 de l’INSEE sur les productions de déchets non dangereux dans l’industrie et le commerce.

Cette estimation ne prend pas en compte les activités agricoles et sylvicoles.

Pour aller plus loin : prise en compte des déchets des activités économiques (dae) et des déchets ménagers et assimilés (dma) dans le positionnement par rapport aux objectifs de la ltecv

Pour rappel, la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) définit des objectifs de valorisation matière des déchets non dangereux non inertes aux horizons 2020 et 2025, respectivement 55% et 65%, repris dans le PRPGD et complété avec un objectif de 70% à horizon 2030.

Ces objectifs concernent les déchets réellement valorisés, c’est-à-dire les déchets orientés vers de la valorisation (comme évoqués dans les graphiques précédents) mais déduction faite des refus et en ajoutant les résidus d’incinération valorisables (mâchefers et métaux).

En 2018, le taux de valorisation ainsi calculé est alors pour la région de 55,5%, en légère hausse par rapport à 2017, et au niveau de l’objectif de la LTECV.